Sénégal : 27 % de femmes victimes de violences physiques

Dans son rapport 2019, l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD) indique qu’un nombre important de Sénégalaises subit encore des violences basées sur le genre.

Les VBG semblent avoir de beaux jours au Sénégal.  Dans un rapport de cette agence nationale récemment mis à la disposition de la presse, il est fait état de 27 % des femmes âgées de 15 à 49 ans à avoir subi des violences physiques. Ce qui interpelle le plus est que dans 55 % des cas, le mari ou le partenaire est l’auteur de ces actes. Au même moment, 68% de ces femmes victimes de violences n’en ont jamais parlé avec quelqu’un, ni chercher d’aide, explique l’ANSD.

Fort de tout cela, le gouvernement a décidé de prendre le problème à bras le corps, en faisant notamment intervenir les ‘’Bajenu Gox’’, ces femmes jouant le rôle de relais communautaires dans les quartiers et villages du pays. « Nous nous appuyons sur les groupes communautaires pour aider les victimes de violences. Les Bajenu Gox sont au cœur même de la communauté, et leur appui nous a été précieux tout au long des années surtout dans le domaine de la santé de la mère et de l’enfant. Aujourd’hui, elles ont rejoint la lutte contre les VBG et sont très actives sur ce plan », a salué Ndéye Mingué Ndiaye Gacko, coordinatrice de la cellule Genre du ministère de la Santé et de l’Action sociale.

Un mal si profond

Au Sénégal, les cas de VBG sont le plus répertoriés à l’intérieur du pays. Pour combattre ce fléau, plusieurs séances de formation sur l’appui aux victimes ont été organisées en 2020 et entre octobre et novembre 2021 respectivement dans les régions de Kaffrine, de Kaolack (centre) et de Sédhiou (sud), selon nos confrères du quotidien Libération. Ce programme, qui a reçu le soutien de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a permis des avancées notoires sur la question.

« Nous sommes le seul pays de la sous-région à disposer d’une cellule Genre dans tous les secteurs ministériels, et à mettre en place une stratégie à cet effet. Nous avons noté un léger déclin des cas de VBG », a déclaré Mme Gacko.