RDC : l’expo-photo « Quand les femmes prennent la paix en main » fait escale à Kinshasa

Expo photo

Partie de New-York, aux Etats-Unis, l’exposition a pris ses quartiers le 10 mars dernier, et ce jusqu’ au 27 mars 2022, à l’Espace Texaf Bilembo, à Kinshasa, la capitale de la République Démocratique du Congo, première étape de sa tournée africaine.

Cette exposition itinérante est une initiative du Département des opérations de paix de l’ONU, en collaboration avec le Département des affaires politiques et de la consolidation de la paix de l’ONU, ONU Femmes et la MONUSCO, en partenariat avec le festival de photographie phare de la ville de New York, Photoville.  

L’exhibition met en lumière le travail de quatorze femmes du monde, spécialement du Moyen-Orient, d’Amérique du Sud et d’Afrique. Ces militantes pour la paix ont joué un rôle de médiatrice auprès de groupes armés et participé à des pourparlers de paix. De même, elles ont proposé des solutions politiques et plaidé en faveur des droits des femmes et de leur participation, et ce, au travers du regard de femmes photographes.

La RDC représentée par Fifi Baka et Ley Uwera

Mme Fifi Baka, porte-parole nationale du mouvement « Rien sans les Femmes », représente à cette exposition la République démocratique du Congo. Son travail en faveur de l’autonomisation et la sécurisation de la femme congolaise a été photographiée par une autre femme, Ley Uwera.

Le 10 mars 2022, jour du lancement officiel de l’exposition à l’Espace Texaf Bilembo à Kinshasa, et devant plus de cent participants appartenant aux institutions congolaises, au corps diplomatique, à la société civile et autres, Mme Baka a souligné que « le véritable succès de la résolution 1325 [Femmes, Paix et Sécurité] sera connu le jour où l’Afrique cessera avec les groupes armés ». 

Livrant ses impressions sur son travail rendu visible dans cette exposition photo par une autre femme, cette militante des droits des femmes dit encourager « toutes les femmes photographes pour les images [qu’elles prennent] afin d’informer le monde ».

De son côté, la photographe, Ley Uwera, a expliqué que c’était un « plaisir de suivre Mme Fifi Baka dans son travail auprès de femmes et jeunes filles, notamment pour les exhorter à apprendre un métier, et à devenir autonome ».

Pour une amélioration des droits des femmes                              

M. Abdoul Aziz Thioye, Directeur du Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme (BCNUDH) et représentant, à cette cérémonie, la Représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU en RDC, a souligné le lourd tribut que certaines femmes paient pour leur engagement en faveur de la paix. Il a notamment rappelé le parcours de l’implication de la femme congolaise à l’instauration d’une paix durable dans son pays. 

Pour que les femmes prennent la paix en main, il est nécessaire, selon M. Thioye, de créer un environnement propice aux droits des femmes. Il ne s’agit pas de célébrer mais de créer les conditions permettant aux femmes d’obtenir des emplois décents, des soins de santé et un environnement sain pour leur autonomisation, a-t-il dit. 

« Nous continuerons à soutenir la mise en œuvre de l’agenda femmes, paix et sécurité, ainsi que l’agenda, jeunes, paix et sécurité en collaboration avec le ministère du Genre, Famille et Enfant, les FARDC, la PNC et d’autres institutions tant étatiques, qu’associatives »,a conclu M. Abdoul Aziz Thioye.

Abondant dans le même sens, M. Bienvenue Akilimali, Directeur de cabinet de la Ministre du Genre, Famille et Enfant de la RDC, a rappelé que le rôle de son ministère en cette matière est de guider et d’orienter, avant de reconnaître à son tour que « les mamans ont fait progresser en RDC l’agenda femmes, paix et sécurité ».  

Dans sa tournée africaine, l’exposition photo « Quand les femmes prennent la paix en main », restera à Kinshasa jusqu’au 27 mars 2022, puis sera expédiée à Bangui, en République centrafricaine.

Boss Lady Afrique